Rôle de l'entreprise

3 idées reçues sur le rôle d’une entreprise face à la maladie d’un salarié

Quand un salarié doit s’absenter plusieurs mois pour des raisons de santé, l’entreprise peut se sentir désemparée, notamment par rapport à son rôle face à la situation. Certaines idées reçues peuvent freiner un certain nombre d’employeur. En voici 3 accompagnées de réponses à méditer et à partager pour faire tomber les tabous !

« La maladie est un problème très intime, l’entreprise n’est pas concernée »

La maladie est un sujet qui touche profondément à l’intime. Mais pour une personne active, elle a des répercussions indéniables sur son environnement professionnel. Face à la situation, l’entreprise se sent souvent désemparée. Comment accompagner un salarié malade ? Comment gérer son absence et favoriser son retour à l’emploi ? C’est un sujet que l’entreprise doit inscrire au cœur de sa responsabilité sociale et pour lequel elle a un vrai rôle à jouer pour participer à améliorer le bien-être du salarié concerné.

Différentes solutions existent pour aider l’entreprise à faire face à ce défi de société :

  • la médecine du travail,
  • la complémentaire santé qui permet de mettre en place des solutions de prévention et de bénéficier de services d’accompagnement spécifiques,
  • les structures et services spécialisés comme le numéro vert « Allo Alex ».

« Mis à part la résolution des problématiques organisationnelles et financières l’entreprise n’a pas d’autres rôles à jouer face à la maladie »

Faux ! L’aspect psychologique est très important. Pour les patients, il est d’ailleurs perçu comme le type de soutien le plus important. Plusieurs études le démontrent, le soutien social et émotionnel a un impact direct et modérateur tant sur l’état psychologique que sur la santé physique d’une personne confrontée à la maladie.

A défaut, le manque de soutien psychologique de la part de l’employeur entraîne souvent la souffrance du salarié et son désengagement progressif de l’entreprise.

« L’entreprise ne doit pas être intrusive et donc ne pas avoir de contact avec le salarié tant qu’il ne se manifeste pas »

Oui l’entreprise ne doit pas être intrusive. Mais elle doit absolument garder le lien avec son salarié afin de lui démontrer son appartenance à la société malgré son absence. Assurer un contact régulier est indispensable et peu importe que ce soit par les ressources humaines, les représentants du personnel, le manager ou les collègues tant que c’est au nom de l’entreprise. Il ne s’agit pas de se montrer intrusif mais simplement de prendre des nouvelles et d’en donner sur la vie de l’entreprise. « Un accompagnement du collaborateur au cours de l’arrêt de travail permet d’améliorer la possibilité d’une reprise du travail en identifiant les freins non médicaux à la reprise » (Anne-Sophie Godon, Directrice de l’Innovation, études et veille Malakoff Médéric).

En parallèle des différents dispositifs existants, une nouvelle solution peut donc être très facilement mise en place : « des coffrets bien-être pour montrer le soutien de l’entreprise et rassurer le salarié sur son appartenance à la société »*, de petites attentions spécialement conçues pour ça comme Smile in box, un moyen innovant et efficace pour renforcer les liens avec un salarié absent.

 

 

 

* D’après l’étude qualitative « Reprise d’activité suite à une maladie grave : quel accompagnement pour les entreprises ? » menée par Malakoff Médéric et l’IFOP en 2016